Mathématiques

Mathématiques

Il y a 3 produits.

Affichage 1-3 de 3 article(s)

Filtres actifs

J’ARRANGE, PERMUTE ET...
  • Neuf

J’ARRANGE, PERMUTE ET COMBINE d’Alain...

Prix 13,00 €

Compter toutes les possibilités éventuelles est bien souvent un besoin. Un tel besoin se retrouve dans un très grand nombre d’applications. Cependant trouver le nombre de ces possibilités sans avoir à les compter une par une, surtout lorsque ce nombre s’écrit avec beaucoup de chiffres, est possible grâce à quelques merveilleuses formules que nous propose l’analyse combinatoire.

Les tables de...
  • Neuf

Les tables de Multiplication – cahier...

Prix 19,00 €

Votre enfant est au C.E.2 au C.M.1 ou au C.M.2 et il ne connaît pas encore parfaitement ses tables de multiplication. Or, l’Education Nationale vient de s’apercevoir – un peu tard – que nos jeunes écoliers français ne maîtrisaient ni les tables de multiplication, ni le calcul mental. Or, il existe, maintenant, une méthode ludique d‘apprentissage raisonné de ces tables, apprentissage basé, justement, sur le calcul mental. La méthode, qui vous est proposée ici, est tirée des exemples de l’Antiquité : les écoliers grecs et romains ne connaissaient pas – et pour cause – les tables de multiplication. Pourtant, ils effectuaient des opérations importantes, en ne connaissant que le double et la moitié des nombres (en fait pour nous, la table de multiplication et de division par 2). 

Les tables de...
  • Neuf

Les tables de Multiplication – Livret...

Prix 12,00 €

Votre enfant est au C.E.2 au C.M.1 ou au C.M.2 et il ne connaît pas encore parfaitement ses tables de multiplication. Or, l’Education Nationale vient de s’apercevoir – un peu tard – que nos jeunes écoliers français ne maîtrisaient ni les tables de multiplication, ni le calcul mental. Or, il existe, maintenant, une méthode ludique d‘apprentissage raisonné de ces tables, apprentissage basé, justement, sur le calcul mental. La méthode, qui vous est proposée ici, est tirée des exemples de l’Antiquité : les écoliers grecs et romains ne connaissaient pas – et pour cause – les tables de multiplication. Pourtant, ils effectuaient des opérations importantes, en ne connaissant que le double et la moitié des nombres (en fait pour nous, la table de multiplication et de division par 2).